ISBN : 9-791096-195183

Parution : 26 août 2022

Format : 320 pages • 11.5 x 18.5

Fiche Presse/Librairie (PDF)

Contagion sociale

Guerre de classe et pandémie en Chine
Chuang

Chuang est un collectif communiste international dont la plupart des membres vivent en Chine. Dans Contagion sociale, ils relatent l’histoire inédite de l’épidémie de Covid-19 à Wuhan et dans le reste du pays, et racontent les luttes quotidiennes de la population, prise entre le marteau d’un virus létal et l’enclume d’un État répressif.

La croissance économique rapide mais fragile de la Chine a créé le terrain social et biologique propice à l’apparition de nouveaux virus mortels, dont le Covid-19 n’est que le dernier avatar. La pandémie a finalement permis l’émergence d’un nouveau mode de gouvernance contre-insurrectionnelle et d’une théorie émergente de l’art de gouverner.

Au moyen d’entretiens, de récits et d’analyses de terrain, ce livre offre une vision incisive de la réponse aussi draconienne qu’inefficace de l’État chinois, ainsi que des stratégies de survie et de l’auto-organisation des travailleurs.

« Largement documenté par des interviews et des témoignages, Contagion sociale démonte le stéréotype occidental d’une population atomisée dominée par un État omnipotent et souligne au contraire la capacité impressionnante de l’action populaire à répondre à l’échec des gouvernements et aux défaillances d’un faible système de protection sociale. »
Mike Davis

Traduction de l’américain par Pablo Arnaud.

9,00

Rupture de stock

Dans une Chine confinée, nous avons commencé à entrevoir ce nouveau paysage : des rues vides à la fin de l’hiver, couvertes d’une mince pellicule de neige immaculée, des visages aux fenêtres éclairés par leurs téléphones, des barricades de fortune où s’activent quelques infirmières, des policiers ou des bénévoles, voire des acteurs rémunérés pour agiter des drapeaux et nous ordonner de mettre notre masque et de rentrer chez nous. La contagion est sociale. Il n’est donc guère surprenant que la seule façon de la combattre à un stade aussi avancé soit de mener une sorte de guerre surréaliste contre la société elle-même. Pas de rassemblement, pas de chaos. Mais le désordre peut aussi se construire dans l’isolement.»